Vous avez des questions ? +243 994 193 561
Phone: +243 994 193 561 Email: info@unigom.ac.cd
>
2023-12-27 11:19:59 0

Etudiants et enseignants des universités dans la prévention contre les abus et harcèlement sexuels.

À l’Université de Goma, s’est tenue ce mercredi 06/12/2023 une conférence avec les étudiants sous le thème « Rôle des étudiants et enseignants des universités dans la prévention contre les abus et harcèlement sexuels et la promotion de l’entrepreneuriat ». Cette activité a bénéficié de la collaboration de différentes organisations à savoir la Division Provinciale de la Santé, l’Organisation Mondiale de la Santé et la Dynamique des Femmes Juristes.

 

L’université de Goma, proche de sa communauté, gagne davantage des partenariats avec des organisations qui lui font confiance en formant ses étudiants aussi sur des questions d’actualité pouvant au mieux les préparer à affronter le monde professionnel sans commettre des délits surtout ceux liés aux VBG, harcèlement, violences et abus sexuels.

Des ateliers de formation aux pratiques de sensibilisation sur la lutte contre les VBG et les violences sexuelles, ces étudiants para l’entremise du comité des étudiants plutôt dynamiques prouve à suffisance que l’Université de Goma, par la vision de son comité de Gestion chapeauté par le P.O Muhindo Mughanda, Recteur ; se veut une université publique innovante et qui voudrait se former des étudiants capables d’apporter des solutions aux problèmes de leur communauté.

Merveille Masubi, étudiante ayant pris part à la conférence l’estime opportune car selon elle le monde dans lequel nous évoluons exige d’être outillés en connaissance de droits et de lois dans la lutte contre les VBG, le harcèlement qui fait la une dans notre communauté.

« C’est une opportunité pour moi d’apprendre sur les questions autour du genre, du harcèlement sexuel car nous en avons déjà subi d’une manière ou d’une autre. Il y a certains mots et phrases que la communauté prononcent à notre égard juste en passant ou meme dans l’auditoire et cela nous frustre ; nous ne serions pas par contre que c’est forme des violences que nous devons à tout prix dénoncer. » explique-t-elle

Pour Gratien Balume, la protection des femmes et filles devraient être prioritaire car elles ont les mêmes droits que les hommes et devraient pas être considérées comme des objets sexuels.