Vous avez des questions ? +243 994 193 561
Phone: +243 994 193 561 Email: info@unigom.ac.cd
>
2024-02-16 17:23:16 1

L’UNIGOM se lance dans la lutte contre une honte séculaire en mettant en place l’incubateur CHEMCHEM YA BIASHARA

Le système universitaire a été habitué à avoir des agronomes sans champs, les vétérinaires sans même un petit élevage, les juristes engloutis dans la promotion des injustices et de la corruption, les économistes incapables de gérer des boîtes d’allumettes, les politistes accoutumés au chaos administratif, etc…

 

Dans l’entre-temps ceux qui les fréquentaient, alors qu’ils espéraient d’eux des solutions, les voyaient étrangement leur demander de l’aide pour des problèmes qui dépassaient leurs prétendus expertises.

 

La dérision méritée n’avait encore guerre stimulé un changement de prospective. Et les universités se transformaient en boites à problèmes et non pas de boites à solutions. Une fabrique des diplômes pour des experts chômeurs, mendiants et improductifs. Elles ignoraient éperdument la troisième mission des universités: le service à la communauté.

 

Aujourd’hui l’UNIGOM tout en inscrivant parmi ses priorités la troisième mission dévolue aux universités a lancé l’incubateur CHEMCHEM YA BIASHARA pour lutter contre la honte de l’improductivité des intellectuels (enseignants comme étudiants).


 

Pour le recteur de l’Université de Goma, le Professeur Muhindo Mughanda « L'idée de cet incubateur est venue d'un questionnement sur l'importance de l'université dans la réduction du chômage. Il vient régler une serie de hontes auxquelles on était déjà exposé. Les Universités se donnent de l’importance alors qu’elles sont improductives, elles ne sont pas exemplaires, moins encore elles ne sont que des fabriques des diplômes que de solutions. Étudiants comme enseignants, on se donnait de l’importance alors qu’on allait souvent présenter nos problèmes aux personnes avec moins d’expertise que nous… ces sont toutes ces hontes que nous voulons laver et en même temps réaliser une 3eme mission de l’Université de Goma à travers l’incubateur. Ce dernier va être un moyen de mettre à la disposition des étudiants des capacités à régler les problémes sociaux pour que l'université soit une fabrique des opportunités réelles» a-t-il déclaré avant de lancer officiellement l’incubateur Chemchem ya Biashara

 

Selon le doyen de la faculté de l’économie de l’Université de Goma, le Professeur Anselme Kitakya, cet incubateur est une réponse aux problèmes de la communauté estudiantine. Elle permettra une auto-prise en charge des étudiants et contribuera à la réduction du taux de chômage et de la pauvreté en RDC.

Il ajoute en expliquant les projets des étudiants tout en mettant un accent sur l’importance de cet incubateur. Les facultés ont plusieurs idées mais c'était difficile de lancer. « En plus du mentorat et des occasions d’investissement, un incubateur d’entreprises donne aux jeunes entreprises accès à des ressources logistiques et techniques, ainsi qu’à de l’espace de bureau partagé. La mission principale de cet incubateur des projets est d’encourager les initiatives entrepreneuriales des membres de la communauté universitaire et de la société toute entière. Pour cette occasion nous présentons 6 projets en cours d’incubation à l’UNIGOM à savoir : l’implantation d’un secrétariat public au campus du Lac vert, la transformation de la patate douce en farine de pâtisserie, la construction d’une salle polyvalente dans la commune rurale de Sake, la fabrication du jus naturel de maracuja et la production de stomates par irrigation.»

 

Pour les partenaires, Joël Tembo, directeur de l'incubateur Kivu Entrepreneur, la création d'un incubateur par l'université de Goma « c'est une idée originale qu'il faut encourager par tous les moyens. Nous constatons que les étudiants et les enseignants sont très théoriques sur les questions autour de l'entrepreneuriat. Mais avec cet incubateur, les étudiants seront entrain d'étudier, d'entreprendre et de pratiquer au même moment » dit-il.

 

Pour l’un des participants à cette séance, les étudiants n’auront plus à déambuler après leurs études car ils auront déjà des idées concrètes pour entreprendre.

« Je pense que cet incubateur est une innovation en milieu universitaire vu qu’il offrira un espace où enrichir les théories apprises avec de la pratique avec sous la même rigueur scientifique. Les étudiants pourront désormais avoir une idée sur quoi faire après avoir obtenu leurs diplômes. Les étudiants ne pourront dont plus avoir à perdre du temps à se rechercher…

C’est une très bonne opportunité à saisir ! » affirme De la Providence Baraka, entrepreneur et participant à la conférence du lancement.

 

Rappelons que cet incubateur est lancé quelques jours après le lancement officiel de l’école supérieure de Volcanologie, de gestion des risques et des catastrophes de l’Université, tous deux avec pour mission d’apporter des solutions aux problèmes de la communauté.


Auteur

admin

Laisse un Commentaire

Commentaire(s)